Sorties

Margiela, les années Hermès au Musée des Arts Décoratifs

Il y a une semaine, je découvrais l’exposition « Margiela, les années Hermès » avec une amie au Musée des Arts Décoratifs. Nous venions de faire le Musée Yves Saint Laurent et nous avions donc hâte de découvrir de nouvelles silhouettes et de nouveaux créateurs.

Nous avons découvert de superbes créations au sein d’une exposition pensée dans les moindres détails et qui n’a fait que renforcer mon affection pour la Maison Hermès.

Je vous fais visiter ?

 

1/ Informations générales

C’est où ? 

Le Musée des Arts Décoratifs se trouve au 107, rue de Rivoli. Donc juste à coté du Louvre et des Tuileries, ce qui permet de faire une petite pause parisienne après l’exposition ! Nous, nous avons pris un petit tea time chez Angelina après !

Quelles sont les dates/horaires ?

Le Musée est fermé le lundi. Il ouvre du mardi au dimanche de 11h à 18h (nocturne à 21h le jeudi).

L’exposition aura lieu jusqu’au 2 septembre 2018.

Ça coûte combien ?

Il y a différents tarifs pour le musée.

Si vous voulez faire toutes les sales : expo permanente + exposition temporaire + Musée Nissim de Camondo c’est 13 euros.

Si vous voulez visiter les expositions permanentes et temporaires c’est 11 euros.

Cependant, vous avez des réductions pour les demandeurs d’emploi ainsi que des gratuités pour les mineurs et résidents européens de moins de 26 ans.  Du coup, nous c’était gratuit !

Quand y aller ? 

Nous y avons été un mercredi à 13H30 et nous étions quasiment seules. Entre midi et deux est donc le moment idéal par ce que tout le monde déjeune. Ce sont plusieurs silhouettes à voir avec une dichotomie intéressante sur les murs, ce serait dommage d’y aller et de rater tous les détails de l’exposition.

Margiela

 

 

2/ Au coeur de l’exposition

Dès le début les deux couleurs s’affrontent, le blanc et le orange. Ainsi, vous savez immédiatement si les mannequins que vous regardez portent des vêtements Hermès ou Margiela.

L’exposition est ponctuée d’images de défilés, de photos des mannequins à l’époque, de vidéos de porter et de mannequins à qui on aimerait bien voler leurs gants et leurs vareuses.

Margiela est rentré chez Hermès en 1997 jusqu’en 2003, entre-temps, il tenait les rennes de sa propre marque. Ici c’est simple :  une idée de Martin Margiela = la silhouette « confortable » pour Hermès, la silhouette expérimentale chez Margiela. C’est assez impressionnant de voir que les créations n’ont aucun rapport entre elles en termes de style mais proviennent de la même idée.

Margiela

Margiela

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour plus de photos, descendez jusqu’à la fin de l’article.

 

3/ Pourquoi j’ai adoré

J’aime la mode mais je ne suis pas non plus une « fashion addict« , surtout dans l’univers du Luxe. Du coup, j’avais peur que l’exposition soit trop centrée sur les créations et moins sur le créateur. Au final, tout est extrêmement bien expliqué. On comprend les deux visions et on identifie bien les deux maisons (Margiela en blanc, Hermès en orange).

J’ai trouvé très impressionnant la façon dont la même idée chez Martin Margiela donne deux silhouettes complètement opposées dans les deux maisons.

Pour moi, il faut être extrêmement fort pour réussir à ne pas se perdre dans l’univers d’une maison et faire ce qui marche pour celle-ci chez l’autre. Si Martin Margiela souhaitait créer des habits confortables pour le femme Hermès, il préférait jouer sur le coté très « mode » et exploratoire de sa propre maison.

Je valide donc l’exposition et vous invite vraiment à y aller faire un tour !

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de cette exposition !

Margiela

 

Margiela

 

Margiela

 

Margiela

 

Margiela

 

Margiela

 

Photos : @kimaparis

Vous aimerez aussi…

Pas de commentaire

Répondre